Séverine, lors du lancement de la 6ème édition, le 29 septembre dernier au CNL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette semaine, découvrez le témoignage de Séverine, maman de Théo, un de nos Petits champions finalistes de 2016.

En 2016, Théo avait participé aux Petits champions de la lecture et s’était rendu jusqu’à la finale nationale ! Il avait lu un extrait du Feuilleton d’Ulysse de Murielle Szac sur la scène de la Comédie-Française devant un public nombreux et captivé.
Deux ans après, sa maman témoigne de son ressenti et nous explique ce que cette expérience a apporté à Théo et à sa famille.

PCL : En tant que maman d’un Petit Champion, quel aspect retenez-vous de cette expérience ?
Séverine : Ce qui est important, c’est que cela donne de la confiance en soi. C’est important de se dire c’est un jeu-concours et surtout de retenir le terme « jeu ». C’est à dire que l’on se prend au jeu et c’est à la fois l’enfant qui participe mais aussi la classe qui le soutient, et puis les parents, les enseignants, l’entourage…

PCL : Justement, quel a été le rôle de son enseignante durant toute cette aventure ?
S : L’enseignante a joué un super rôle. Les Petits champions, c’est aussi un bon moment de partage avec l’enseignant et avec la classe. Pour la finale nationale, Théo avait choisi parmi une liste d’ouvrages donné par les Petits champions. La maîtresse a aidé Théo à choisir un livre qui lui correspondait. Un beau moment de complicité !

PCL : Quel souvenir a été pour vous le plus marquant ?
S : Théo a été jusqu’à la finale nationale, et ce que j’en garde c’est que toute la classe a pu aller à la Comédie-Française ce jour-là. Sa classe et plusieurs enseignants étaient venus l’encourager. Un beau moment – je dirais presque – de communion. Parce qu’ils étaient tous là pour représenter la classe, la ville, le département de Seine-Saint-Denis. Théo avait beaucoup de fierté de pouvoir, à 10 ans, monter sur la scène de la Comédie Française. Ce sera peut-être la seule fois de sa vie mais c’est une expérience riche en émotions !

PCL : Théo disait tout à l’heure qu’il avait beaucoup apprécié rencontrer Murielle Szac…
S : Oui, la rencontre avec les auteurs fait partie des souvenirs marquants ! Théo a fait de très belles rencontres humaines. Je garde un souvenir ému de la relation que Murielle Szac – en très peu de temps – a réussi à créer avec Théo… c’était SON champion ! Elle le soutenait avec beaucoup de bienveillance et d’humour.

PCL : Aviez-vous aidé Théo à préparer sa lecture ?
S : On avait un peu préparé son extrait à la maison. Pour ce qui est du choix des lectures, Théo avait choisi un livre sur la mythologie grecque. Et c’est important de choisir un live que l’on aime..!

PCL : Théo était-il un féru de littérature avant de participer aux Petits champions ?
S : Avant de participer au jeu, c’était déjà un bon lecteur… ça l’est toujours, quand il n’y a pas trop de concurrence avec les écrans ! Le jeu est un bon moyen, juste avant le collège de bien les ancrer dans le plaisir de la lecture. C’est le bon âge.

PCL : Avez-vous des traditions autours de la lecture dans la famille ?
S : Alors, c’est vrai que la petite histoire du soir est une vraie tradition ! C’était le rituel du soir jusqu’à tard… C’est de la lecture à voix haute ! Et c’est ma petite fierté de maman d’avoir peut-être contribué à partager cette passion, et de l’émotion à travers la lecture à voix-haute.

Nous remercions Séverine pour ce beau témoignage !